Elodie GONZALVEZ

Artiste plasticienne diplômée (Licence en arts-plastiques)

Vit et travaille à Annonay (Ardèche)




Comme dans un cabinet de curiosités,

tenter de saisir l'infinie richesse du monde,

dans ses produits les plus étranges.

Creer des ponts d'un règne à un autre

et des passages entre microcosme et macrocosme.

S'interroger sur la nature des choses.

Faire apparaître des phénomènes transitoires

Questionner le concept de vacuité.

 

 

 

Mes recherches questionnent principalement la mémoire, le principe d'interdépendance,

et le caractère éphémère des êtres et des choses.

 

Ainsi, j'évoque des notions à la fois correspondantes et antagonistes:

vie/mort, apparence/substance, microcosme/macrocosme, intérieur/extérieur, multiplication/division,

décomposition/régénération...

Mes dessins s'orientent alors vers la matière organique qui a une évolution rapide au sein des cycles

par des étapes de décomposition.

 

Je m'inspire autant de vues au microscope de plantes, d'ovaires, de pollens, de microfossiles, de sang...

que de vues aériennes.

Je crée des réseaux , des proliférations, des croisements entre règne animal et règne végétal.

Je tente de faire apparaître les relations qui existent entre les choses.

Mon geste est presque toujours répétitif comme pour atteindre un état méditatif.

Le temps passé à l' "ouvrage" est important car il me ramène à l'idée de croissance,

de développement et d'évolution (à la fois organique et spirituel).

 

Par la vision attentive de l'infiniment petit, de l'infime, j'ai l'intuition intérieure d'un espace beaucoup plus vaste, plus ouvert, tendant vers l'infini.

 

Elodie Gonzalvez.

 

...................................................................................................................................................................

 

 

"Capter et fixer par un instantané la transformation permanente de toute forme de vie, nous la faire sentir et partager, approcher au plus près le processus de création en oeuvre dans la nature, voilà l'objectif ambitieux que se fixe Elodie Gonzalvez dans ses recherches actuelles.

 

Les séries des "dessins cellulaires", des "oubliés" ou des "vanités" nous transportent dans un monde où l'infiniment petit et l'infiniment grand se superposent, où la multiplication cellulaire organique est en permanence à l'oeuvre. Chaque représentation de cette création nous est livrée sur une "planche contact" que l'on comprend être éphémère parce qu'en permanente transformation.

 

Ainsi les "oubliés", ces portraits qui émergent au travers de cellules en mutation, nous livrent plusieurs pistes de lecture: sont-ils en train de disparaître, au profit de cette énergie organique puissante, ou se nourrissent-ils d'elle au contraire, pour mieux renaître et nous surprendre?

 

Au-delà, Elodie Gonzalvez nous interroge sur le sens de la vie, sur l'énergie qui la porte et la façon dont elle influe sur nous: dans la série des "vanités" - le nom est lourd de sens -, nous cotoyons des cranes ou des coeurs somptueuesement parés de perles et de nacre, comme pour nous rappeler à la fois la dérision de l'être et sa sublimation."

 

Jean-Louis Chauché. (2015)

 

 

 

 

 

 

 

 

Prochaine exposition au 26 FK, ANNONAY.

Exposition du 15 au 30 septembre 2017.

26 rue Franky Kramer

07100 Annonay

 

lamoustacheetdesdentelles.blogspot.fr